[Critique] Twilight, chapitre 4 : Révélation - partie 1

Publié le par Mordraen

Twilight-chapitre-4-revelation-part-1-affiche.jpg


Une dizaine de jours après l'hystérie générale, laissons-nous aller à la critique d'un des films les plus attendus de l'année, j'ai nommé la première partie du dernier épisode de la saga Twilight. Intitulé Révélation, il représente globalement tout ce que les fans attendent depuis si longtemps. Mais la question, pour le cinéphile, reste la suivante : a-t-on vraiment besoin d'aller le voir?



Après des années de demandes incessantes, Bella Swan a enfin réussi à forcer la main de son bellâtre de suceur de sang. Le film s'ouvre donc sur le mariage tant attendu de la petite humaine avec Edward Cullen. Les doutes pré-nuptiaux laissent vite leur place au bonheur de la lune de miel. Mais les tourtereaux déchantent lorsqu'ils se rendent compte que Bella est enceinte, touchée par un mal inconnu qui la ronge de l'intérieur.

Oui, Stephenie Meyer a écrit un des succès les plus prudes de la planète. Oui, son adaptation cinématographique aurait pu s'évader via l'érotisme du premier épisode. Mais les deux suivants ont été gâchés par l'inaction du support de base qui reste les livres de Meyer. Eh bien,
Révélation numéro 1 bat des records de pruderie, malgré le fait que les héros sautent le pas. Pire, Meyer, par prosélytisme de masse, est en train de former une génération à la peur de la relation sexuelle par plaisir.

Twilight-4.1-image-01.jpg

Avec une Bella qui n'est que l'ombre d'elle-même pendant plus de la moitié du film tandis que tous les autres personnages de la saga sont joyeusement en train de s'étriper,
Révélation aurait pu être émotionnellement fort. La vérité c'est juste que l'on s'ennuie ferme dans cette action clinico-forestière au milieu de ces loups et des vampires palots. Même les rivalités du passé, entre Jacob et Edward, sont presque gommées. Fichtre!

L'ennui contamine même les scènes qui, prises seules, auraient pu nous tirer un léger frisson. Je pense aux scènes où Jacob prend enfin ses responsabilités. Mais non, le spectateur est tellement embrigadé, dès le départ, dans une spirale métaphorique autoritaire (à peine voilée) et dans une inaction mordante, que ces scènes qui sont censées nous réveiller n'y parviennent même pas. Ce nouveau
Twilight manque donc cruellement de rythme et d'action.

Twilight-4.1-image-02.jpg

Parce que, franchement, il est difficile de ne pas être déçu de son investissement dans une place de cinéma si c'est seulement pour voir une jeune femme qui se tue à petit feu dans une grossesse non voulue. On en arrive donc à la conclusion suivante,
Twilight quatre ne méritait clairement pas la manœuvre commerciale d'un livre adapté en deux films. Je me demande même ce que la deuxième partie nous réserve en matière de désintérêt total.

Bref, je suis désolé de tirer une fois de plus sur l'ambulance Twilight mais cet épisode 4.1 propose tellement peu d'aventure, tellement peu d'intérêt pour un film qui restera dans les mémoires par l'ennui profond qu'il nous impose pendant deux heures. Si les deux parties avaient été regroupées en un seul film, peut-être qu'on se serait moins ennuyé. Mais bon, c'est la loi du commerce des dents crochues et de la peau de diamant...


Note-critique---Explosion-Bobomb.jpg

Publié dans Critiques cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article