[Critique] To Rome With Love

Publié le par Mordraen

 

To Rome With Love affiche
Chaque année, on attend notre dose de Woody Allen. Après une ode à la ville-lumière, c'est à Rome que le réalisateur envoie une carte postale. Accompagné d'un casting cinq étoiles, Allen s'amuse dans cette ville aux lumières époustouflantes.

 

Dans ce film chorale, Woody Allen présente des personnages aux qualités burlesques sans pareil. Roberto Begnini fait l'objet de l'intrigue la plus absurde (et sans doute la plus plaisante) où il devient l'homme le plus célèbre d'Italie du jour au lendemain. Jesse Eisenberg, quant à lui, sera le fil rouge amoureux dont on prévoit d'entrée qu'il tombera amoureux d'une Ellen Page qui connaît décidément tous les rouages de la séduction. Enfin, Woody Allen lui-même entre en scène dans le rôle d'un parent venu rendre visite à sa fille mais qui n'arrive pas à laisser le boulot de côté.

 

To Rome With Love, plus qu'un hommage à la ville, est une démonstration d'humour absurde. Et l'on s'amusera beaucoup en voyant Woody Allen se divertir à ce point avec ses acteurs à Rome. Ici, peu importe le réalisme du moment que l'on sourit. Et il faut avouer que ça marche plutôt bien. Minuit à Paris était déjà fantasque et parlait plus d'amour, To Rome With Love garde l'absurde et l'amour, tout en y ajoutant un peu plus de chaleur.

 

On notera par ailleurs les clins d’œil entendus du réalisateur à sa propre retraite, message d'un bourreau de travail à ceux qui s'étonnent de sa longévité et de sa productivité sur grand écran. Au-delà de son charme fou, To Rome With Lovetraîne peut-être un peu en longueur sur la fin, mais c'est sans commune mesure avec le plaisir que l'on a à retrouver Woody Allen au top, accompagné d'une myriade d'acteurs excellents.

 

Au final, j'ai certainement préféré To Rome With Love à Minuit à Paris. Son ton plus souriant m'a plus parlé et la présence face caméra du maître n'y est sans doute pas pour rien. Un très bon moment.


                                           Facebook-logo-copie-1.jpgTwitter-logo.pngSens-Critique-logo.jpgVodkaster-logo.jpg

 

 

  Et n'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter!

Publié dans Critiques cinéma

Commenter cet article