[Critique] Prometheus (Ridley Scott)

Publié le par Mordraen

 

Prometheus affiche

En projet depuis des années durant lesquelles son statut n'a cessé de changer, Prometheus nous arrive enfin dans les salles le 30 mai 2012. Il marque ainsi le grand retour de Ridley Scott à la science fiction, trente ans après Blade Runner et trente-trois ans après Alien, le Huitième Passager. Un retour qui a créé une attente fébrile de la part des fans de la saga Alien, d'autant plus que Prometheus fait office de préquel à cette saga de quatre films. Tout espoir est permis donc pour ce retour aux sources du cinéma de Scott, mais il reste à savoir si autant d'attente n'appelle pas forcément la déception...

 

 

A la fin du vingt-et-unième siècle, des chercheurs trouvent un nouvel indice préhistorique attestant de l'existence d'une forme de vie habitant dans une autre galaxie. La Weyland Corporation, bien connue de l'univers d'Alien, finance une expédition de recherche intergalactique sous la forme d'un vaisseau scientifique dernier cri appelé Prometheus. A bord, dix-sept passagers, chercheurs pour la plupart, qui vous s'efforcer d'élucider le plus grand mystère de l'Humanité : qui est notre Créateur? Mais sur la planète LV-223, l'expédition va se heurter à une menace telle que l'Humanité n'en a encore jamais connue...

 

En ce qui concerne le scénario de ce Prometheus, l'idée originelle a été d'enquêter sur ce qu'est le Space Jockey, créature que l'on a découvert dans le premier Alien sans jamais qu'il soit développer par la suite. Prometheus se propose, ainsi, de comprendre ce personnage, sa mythologie et son histoire. Dès lors, le film de Ridley Scott peut être considéré comme un préquel à la saga Alien, dans la mesure où il explore des événements qui l'ont précédé. De plus, Prometheus se situe dans l'univers d'Alien, trente ans avant les événements qui concerne Ripley.

Prometheus-screen-01.jpgPrometheus-screen-02.jpg

Prometheus se promet aussi de s'adjoindre une dimension plus clairement philosophique avec ce questionnement incessant à propos de l'existence d'une force qui aurait créé les Humains et aurait façonné leur société et leur évolution. Dès lors, Prometheus se révèle être un film plus religieux qu'attendu, ce qui n'est pas forcément un défaut mais cela surprendra certainement ceux qui n'ont pas lu ou vu d'interviews de Ridley Scott durant la campagne promotionnelle.

 

Prometheus, malgré le fait qu'il a tout d'abord été annoncé comme préquel à Alien avant d'être considéré comme totalement indépendant, fait bel et bien partie de l'univers d'Alien. On retrouve ainsi la fameuse Weyland Corporation mais aussi une direction artistique qui partage le même ADN que celui d'Alien. Le connaisseur ne sera ainsi pas déboussolé. Mieux, il s'y retrouvera volontiers. Prometheus propose un visuel plus moderne et une vision de ce monde respectueuse de ce qui a été fait auparavant. Les décors en intérieur jouissent d'un design extrêmement travaillé tout comme les costumes. Et le film bénéficie d'effets spéciaux époustouflants, si bien que Ridley Scott a pu profiter de tous ces moyens modernes pour créer cet univers de Prometheus à la fois distant et ressemblant à l'univers d'Alien.

Prometheus-screen-05.jpg

La filiation entre Alien et Prometheus se fait par l'intermédiaire de références et d'un visuel assez proche. Les décors du vaisseau, par exemple, sont tout à fait repris de ceux d'Alien. Mais Prometheus adopte aussi une structure semblable à celle d'Alien, avec une mise en situation plutôt lente pour mieux faire surgir une tension grandissante. Cependant, et c'est certainement là que les fans seront le plus déçus, il faut avouer que Prometheus ne présentera guère que deux ou trois moments de terreur pure. En effet, alors qu'Alien était un véritable film d'horreur, Prometheus tend parfois plus vers le grand spectacle que le film de genre. De plus, la filiation scénaristique met un certain temps à arriver, dans les dernières minutes du film comme l'a annoncé Ridley Scott.

 

Le focus de Prometheus est en effet différent de celui d'Alien. Trente-trois ans après, Ridley Scott et ses scénaristes (Damn Lindelof et John Spaihts), ont fait le choix difficile de s'affranchir d'un trop-plein de contraintes concernant l'univers Alien. Dès lors, Prometheus propose bien plus un univers qui lui est propre qu'un univers entièrement tourné vers la saga qui l'a précédé et qu'il tente d'étendre. On comprendra, du coup, l'espèce de flou qui a entouré Prometheus en ce qui concerne son marketing en tant que préquel puis en tant que film indépendant. Pour couper la poire en deux, admettons que le public vierge de tous les films Aliendécouvrira un univers qui se tient de lui-même, tandis que le public connaisseur pourra se plaindre d'une différence peut-être trop poussée entre Prometheus et Alien. Mais, là encore, je peux comprendre ce choix, dans la mesure où il est difficile de répéter ce qui a été fait trente ans auparavant et que la création d'une nouvelle mythologie, à partir de laquelle développer, qui sait, une nouvelle saga, peut être intéressante elle aussi.

Prometheus-screen-03.jpgPrometheus-screen-04.jpg

Prometheus bénéficie aussi d'un casting fantastique. Noomi Rapace, véritable héroïne du film, ressemble par certains aspects à Sigourney Weaver et sa Ripley, dans un rôle particulièrement intense. Michael Fassbender brille dans le rôle de David, androïde chargé du bon fonctionnement du Prometheus mais qui révélera peut-être d'autres motivations. On regrettera tout de même que Charlize Theron ait été si peu utilisée dans le film, d'autant qu'elle incarne la figure de Weyland sur le vaisseau et qu'elle aurait pu contribuer plus au film.

 

Pour finir, Prometheus est un film qui, en dehors de toute filiation avec la saga Alien, aurait certainement reçu beaucoup plus de lauriers. La seule épine dans son pied aura été d'être attendue comme le préquel à la série culte Alien, et ainsi d'être attendu au tournant partout dans le monde.Il faut avouer que Prometheus est un film, sous bien des aspects, indépendant de la saga Alien, tout en lui devant beaucoup de son ADN. Le manque de clarté dans le processus créatif et marketing de Prometheus aura certainement joué en la défaveur de la réception critique du film par ceux qui attendait le véritable préquel d'Alien. A l'inverse, Prometheus est un film bien plus indépendant qu'on a bien voulu nous le faire croire.

Prometheus est ainsi un bon film qui va certainement décevoir à cause de l'attente autour de lui. N'oublions pas que Prometheus représente tout à la fois le retour de Ridley Scott à la SF, l'extension d'un univers et le préquel d'un film culte. Un poids difficile à porter, même pour Ridley Scott qui, admettons-le, ne s'en sort pas si mal que cela. Prometheus ne deviendra évidemment pas aussi culte que son illustre prédécesseur mais il a le mérite d'essayer là où d'autres ont échoué, la faute à une perspective mercantiliste sur la franchise Alien. Au final, Prometheus décevra forcément sur certains points mais après plusieurs visionnages, Prometheus fera oublier ses petits défauts et l'on comprendra un jour à quel point ce projet était difficile à mener et à quel point Prometheus est bon dans sa propre perspective. Un film qui mérite d'être vu même si la trop grande attente autour de lui provoquera l'inévitable déception chez certains.


3-5.png


Cette critique en audio pour cinewebradio.com :


 

                                          Facebook-logo-copie-1.jpgTwitter-logo.pngSens-Critique-logo.jpgVodkaster-logo.jpg


Publié dans Critiques cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article