[Critique] Midnight in Paris

Publié le par Mordraen

 

Midnight-in-Paris-affiche-copie-1.jpg

Woody Allen aime Paris, c'est pour ça qu'il voulait y faire un film. C'est désormais chose faite avec Midnight in Paris, film d'ouverture du festival de Cannes, rien que ça. Entre une énorme montagne d'acteurs, une réflexion et un scénario intéressants, et Paris filmée sous toutes ses coutures, Allen remporte aisément son Paris.



Gil et Inez sont en vacances à Paris et préparent leur mariage. Tandis que l'une ne s'occupent que des préparatifs ou de renouer contact avec un ex, l'autre, scénariste pour Hollywood, essaie de continuer l'écriture de son roman. Gil tombe complètement amoureux de la ville de lumière et ne cesse de se balader dans ses rues, la nuit tombée. Jusqu'à ce qu'il découvre qu'à partir de minuit, une magie toute particulière opère dans la ville : il se retrouve transporté dans le Paris des années 1920 et rencontre tous ces artistes qu'il rêvait de connaître. Passé le choc, Gil va essayer de profiter de chaque seconde et peut-être même trouver l'amour...

Pour commencer, Midnight in Parisest bel et bien une déclaration d'amour de la part de notre cher Woody Allen, qui multiplie les plans de la ville, surtout au tout début du film. L'avant-générique peut paraître d'ailleurs un peu long, comme j'ai entendu quelques personnes pester, je vous préviens. Mais on sent bien que le réalisateur ne s'est pas contenté de filmer les coins les plus connus. D'ailleurs, c'est tout juste si on aperçoit la Tour Eiffel, c'est dire! Au contraire, Woody Allen lui a préféré le charme des ruelles parisiennes ou encore celui des échoppes et des bars. En voyant Midnight in Parison ne s'étonne plus que la ville soit si photogénique.

Midnight-in-Paris-image-02.jpgMidnight-in-Paris-image-01.jpg

Mais ce qui est vraiment intéressant dans
Midnight in Paris, c'est le va-et-vient entre passé et présent qui est organisé à la faveur d'un surgissement du fantastique. Ainsi, on découvre le Paris des années 1920 et quasiment tous les artistes de ce temps, incarnés par une flopée d'acteurs tels que Adrien Brody, Corey Stoll, Allison Pill, Tom Hiddleston, Kathy Bates. Bref, que du bon quoi! Je ne vous révélerai pas l'identité de ces artistes bien connus car cela fait partie du plaisir donné par le film que de les découvrir au fur et à mesure. Et le casting est renforcé par Owen Wilson, Rachel MacAdams, Michael Sheen et Marion Cotillard. Il n'y a pas à dire, Woody Allen s'est fait plaisir avec Midnight in Paris. Seul petit regret, il n'y a pas beaucoup d'acteurs français, mis à part Léa Seydoux et Marion Cotillard. C'est un peu dommage pour un film sur Paris. Enfin, ça s'oublie vite!

Avec Midnight in Paris, Woody Allen signe un film qui a une qualité presque enchanteresse. De la même manière que Gil, qui préférerait vivre dans le passé, se retrouve transporter dans les années 1920, le spectateur traverse les époques avec une aisance absolue et un désir d'en voir plus durant tout le film. Un casting parfait, un propos et une réflexion derrière, c'est du très bon Woody Allen!

Appréciation de la Bobomb :

Note-critique---Bobomb-joyeuse.jpg

A vrai dire, l'idée de faire un film à Paris me semblait être un effet de mode de la part de Woody Allen. Mais celui-ci m'a convaincu de sa vision de la ville et ce film est vraiment enchanteur. Une vraie belle surprise.

Source vidéo et photos : Allociné

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Publié dans Critiques cinéma

Commenter cet article

Brando 21/05/2011 01:40



Hum, j'ai du mal a prendre cela comme une "critique", c'est tout simplement nul.


Juste un mauvais résumé.


L'écriture et la critique cinématographique ça se travaille, faut lire, voir plus de films, et quand on ne sait pas trop quoi dire, la fermer, au lieu de sortir des critiques bidons pour tenter
de prouver on ne sait quelle chimère.